Emmanuelle, contrôleuse de gestion : «Après un an sans pratiquer mon métier, j’ai réussi à rebondir»

Emmanuelle a lancé son activité il y a deux ans, confiante, pensant que tout le monde avait besoin d’une contrôleuse de gestion. Cependant, elle n’obtenait pas de clients et a été surprise de voir l’ampleur du travail : démarcher, expliquer son métier, créer son site internet, développer des contacts etc. Après un an sans faire de contrôle de gestion, elle a hésité à réintégrer le salariat, mais elle a persévéré en rejoignant des réseaux et en se formant en communication. Elle en voit déjà les conséquences et l’année 2021 a bien commencé.

Activité : Consultante en contrôle de gestion
Plus grande peur : Que les gens ne comprennent pas ce que je fais
Besoin le plus urgent : La visibilité, les clients et le budget pour pouvoir déléguer
Votre botte secrète : Ma rigueur et mon organisation
Idée pour aider les micro-entreprises : Mettre en place un budget prévisionnel dès le début

Quelle est votre activité ?

Je suis consultante en contrôle de gestion, j’accompagne les chefs d’entreprise dans leur recherche de rentabilité et je les aide à contrôler leur performance grâce au budget prévisionnel ou au tableau de bord par exemple. Le but est de fixer des objectifs ciblés et de mesurer leur progression. Cela permet d’avoir une vision claire et précise des chiffres de l’entreprise. Je travaille également avec les entrepreneurs pour qui je réalise des business plans et des études de financement.

Comment avez-vous créé votre entreprise ?

J’ai été 7 ans dans le salariat. C’était assez stressant et j’avais des horaires intenses. J’avais peu de temps pour faire de l’analyse et les tâches étaient chronophages. J’ai commencé à m’en lasser. Lorsque je me suis retrouvée en congé maternité, je me suis posée de vraies questions. Je voulais avoir des clients différents et être considérée comme une collaboratrice des chefs d’entreprise. C’est là que j’ai décidé de me lancer.

Comment ça s’est passé au début ?

Ça a été compliqué, je me suis lancée trop rapidement. Je me suis dit que tout le monde avait besoin d’un contrôleur de gestion, que l’externalisation était avantageuse et moins chère et que ça allait marcher. Je me suis rendu compte que beaucoup de chefs d’entreprise manquaient de connaissance sur mon métier et n’en voyaient pas l’intérêt. J’ai passé un an sans faire de contrôle de gestion, j’étais frustrée. Il me manquait le côté commercial, j’étais très centrée sur les chiffres et tableaux et j’avais du mal à apprécier la relation clients. Lorsque j’ai commencé à voir l’ampleur du travail de l’entrepreneur, je me suis posée des questions et j’ai pensé à retourner dans le salariat.

Comment avez-vous surmonté cela ?

A ce moment-là, soit je lâchais, soit je passais à l’action. Ma plus grande motivation était le besoin de flexibilité, mes deux enfants étaient en bas âge, je ne pouvais pas retourner dans le salariat comme avant. Je me suis dit : « j’y suis presque », j’avais juste besoin de quelques actions concrètes pour réussir.

J’ai tout repris à zéro. J’ai fait moi-même mon étude de marché, je me suis formée en marketing et j’ai fait mon site internet. Je suis autodidacte donc je me suis formée seule sur différents outils et techniques, et tout cela m’a pris du temps. Je ne connaissais pas grand-chose aux réseaux sociaux mais aujourd’hui je poste régulièrement. Maintenant que je maîtrise mieux la partie marketing, j’ai plus de visibilité et de contacts.

Qu’est-ce qui a fait la différence ?

Rejoindre des réseaux. J’ai mis du temps à me rendre compte qu’il fallait que je m’entoure. J’ai intégré Yoostart et je ferai bientôt partie d’un réseau de mamans entrepreneures.

Il est très important de partager ce que l’on vit, nos échecs, de demander l’avis des uns et des autres. C’est dur de tenir en temps qu’entrepreneur, il faut être solide et persévérant.

Quel est votre plus grand challenge ?

La casquette commerciale, c’est quelque chose qui me mettait mal à l’aise. Je me disais que je n’étais pas capable de prospecter et de gérer la relation client alors que mon domaine, c’était les chiffres. J’avais du mal à m’adapter à mon audience. Je ne travaille plus avec des financiers, il faut que je vise des dirigeants d’entreprise et des entrepreneurs et que j’apprenne à adapter mon langage. Ce n’est pas évident.

Aujourd’hui ça va mieux mais j’ai encore peur que mes clients ne comprennent pas ce que je leur dis. Je suis tellement dans mes chiffres que parfois j’ai du mal à en sortir et à leur expliquer les éléments. C’est un gros challenge pour moi.

Comment éduquez-vous les chefs d’entreprise à votre métier ?

Je travaille à les sensibiliser sur mon activité, je poste beaucoup sur LinkedIn. J’essaye aussi de passer par les experts comptables qui travaillent déjà avec des chefs d’entreprise et recommandent mes services.

La plupart de mes clients sont des dirigeants de PME. J’ai essayé de travailler avec les très petites entreprises mais elles pensent souvent qu’elles n’ont pas besoin de mes services. En général, elles regardent uniquement leur chiffre d’affaire. Par exemple, j’ai parlé à des artisans qui me disaient qu’ils n’estimaient pas la marge d’un devis avant de l’envoyer. Quand leurs résultats tombent à la fin de l’année, c’est la surprise. Ils pourraient mieux optimiser leur budget en se fixant des objectifs.

Qu’avez-vous gagné grâce à l’entreprenariat ?

Dans ma vie professionnelle, j’ai pu développer une relation différente avec les clients et diversifier mes compétences.  De plus, en tant que consultante, les dirigeants me traitent comme une véritable partenaire d’affaires, on avance ensemble.
Dans ma vie personnelle, j’ai gagné une flexibilité qui n’a pas de prix avec des enfants en bas âge.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :